• Jessika

Les préjugés autour de l'allaitement maternel


J'ai souhaité rédiger mon premier article de blog sur le sujet de l'allaitement et des innombrables préjugés que l'on peut entendre ou s'entendre dire en tant que mère/future mère ou futurs parents à ce sujet, et suggérer des personnes-ressources pour être accompagnés dans cette aventure :-)

La génération de nos parents a été imprégnée d'idées fausses sur l'allaitement, ce qui est à l'origine de nombreux malentendus.

Il faut dire que les industriels, déjà à l'époque, ne lésinaient pas sur les moyens pour vendre leurs préparations infantiles. Les pouvoirs publics ne régulaient pas encore les publicités comme c'est le cas aujourd'hui. Les lobbys ont donc naturellement discrédité l'allaitement afin de décourager les mères d'allaiter et ainsi pouvoir leur vendre plus facilement leurs produits.

Cela a consisté par exemple a :

- Mentir sur la composition du lait : pas assez riche, pas assez nourrissant, voire même carrément mauvais pour le bébé lui-même.

- Mentir sur la quantité : la femme n'en produirait pas assez, ou trop...

- Mentir sur les conséquences sur la relation mère/enfant : risque de trop grande fusion, néfaste pour l'équilibre psychique de l'enfant, pour les petits garçons, etc...

Dans l'entourage de la mère/future mère, il n'est ainsi pas rare d'entendre des phrases comme : "Moi, je voulais allaiter, mais je n'avais pas assez de lait", "Mon lait n'était pas assez riche", "J'avais trop de lait, etc...", "Mon bébé refusait le sein, il n'aimait pas mon lait"...

Il faut savoir que la très grande majorité des femmes peuvent allaiter leur bébé.

Les cas où il y aurait une impossibilité physique (fonctionnelle) de le faire sont exceptionnels.

La plupart des traitements médicamenteux sont compatibles avec l'allaitement (voir le site du CRAT - Le Centre de Référence sur les Agents Tératogènes) pour obtenir des informations sur les médicaments compatibles ou incompatibles pendant la grossesse et l'allaitement.

Même en cas de modification de la poitrine (implants mammaires, réduction mammaire), il est possible d'allaiter, au moins partiellement.

Même chose pour les femmes qui adopteraient un bébé et souhaiteraient l'allaiter. Il est nécessaire de se préparer à allaiter, parfois en prenant des médicaments qui vont aider à installer la lactation (on parle de lactation induite), stimuler le mamelon au moyen d'un tire-lait... L'une des vidéos les plus parlantes à ce sujet parue dernièrement est ce reportage de "Rendez-vous en terre inconnue" avec Mélanie Doutey, où une femme mongole raconte son expérience d'allaitement avec une petite fille qu'elle et son mari ont adopté..

Surtout, il est important d'être bien informé(e) et de s'entourer de personnes suffisamment formées et sensibilisées à la conduite de l'allaitement maternel, sinon les conseils, souvent contradictoires, risquent de compromettre les chances de mener son projet comme on le souhaite.

On peut ainsi s'adresser aux Consultant(e)s en lactation, des professionnel(le)s de la biologie et physiologie de l'allaitement. Voir leur annuaire.

On peut se tourner vers l'association La Leche League, une association de référence dans le soutien aux mères et aux parents. Des femmes bénévoles formées en tant qu'animatrices organisent des réunions de soutien partout en France. Voir le site de la LLL France.

Bon allaitement !

#allaitement #allaiter

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • Black Pinterest Icon

​©2017-2020 par  Jessika Doula   tous droits réservés.​

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now